Programme de mentorat

Introduction

 

À la suite de la demande répétée des officiels pour avoir accès à un programme de soutien pour leur développement et leur avancement à des niveaux supérieurs de jugement, la Commission des officiels de Plongeon Québec met en place un programme d’encadrement, inspiré du Programme de mentorat pour les officiels de Diving Plongeon Canada (DPC).

Objectifs

  • Permettre aux officiels y participant :
    • d’accélérer leur développement au point de vue technique
    • d’acquérir une expérience de jugement supervisée plus étroitement par un officiel de niveau supérieur.
  • Comme principe directeur, le programme vise également :
    • L’amélioration des officiels à l’intérieur de leur niveau
    • L’amélioration des officiels visant le prochain niveau
  • Permettre à certains officiels :
    • d’accéder au Programme d’apprenti de DPC.
  • Permettre à Plongeon Québec :
    • de pouvoir compter sur des officiels de plus en plus compétents pour les Championnats provinciaux Espoir, Junior et Senior du Québec.

Description 

  • Un officiel participant est accompagné durant un cycle annuel de compétition (décembre à août) par un mentor, qui est un officiel de niveau supérieur au participant nommé par Plongeon Québec.
  • Le programme est personnalisé : au départ, une analyse de besoin est réalisée entre le participant et son mentor, des objectifs sont fixés et un programme de base est établi. Le tout est consigné dans un « contrat » entre le mentor et l’officiel candidat.
  • L’officiel participe à des activités de jugement avec et sans son mentor, de même qu’à d’autres activités déterminées dans le plan d’action. Il réalise un rapport d’autoévaluation à mi-parcours et à la fin du programme. 
  • Le mentor réalise certaines activités avec l’officiel lors de compétitions de même qu’à distance (par téléphone ou courriel). Il propose aussi à l’officiel - et organise le cas échéant - certaines rencontres sur des points techniques spécifiques avec d’autres ressources (autres officiels, entraîneurs, etc.). Il dépose un rapport à la Commission des officiels à mi-parcours et à la fin du programme.
  • L’accès à des compétitions hors province pour juger ou faire du « shadow » sous supervision d’un officiel de niveau supérieur sera facilité grâce aux argents disponibles pour le développement des officiels de Plongeon Québec. Ces compétitions auront été ciblées en début d’année pour permettre l’atteinte des objectifs de développement de l’officiel participant, en plus de le faire connaître dans les autres provinces.

N. B. : le programme a été lancé tel quel en janvier 2010. Il pourra être ajusté au besoin en cours d’année.

Rôle du mentor

  • Encadrer l’officiel au meilleur de sa connaissance et de sa disponibilité en fournissant une expérience positive, constructive et respectueuse à l’officiel.
  • Faciliter l’accès à des personnes-ressources selon les besoins.
  • Faciliter l’accès à des opportunités de faire du « shadow » ou de juger.
  • Faire un rapport de participation et de progression à la Commission des officiels à mi-parcours et à la fin du programme.
  • Discuter avec l’officiel de son autoévaluation à mi-parcours et lui fournir une évaluation écrite à la fin du programme.
  • Discuter des suggestions du participant pour améliorer le programme de mentorat.

Nombre de candidats

  • Pour la première année (2010),
    • 1 ou 2 candidats seront choisis, selon la disponibilité de mentors
  • Pour les autres années,  
    • le nombre sera établi en fonction de la disponibilité de mentors.
    • L’objectif serait d’accompagner de 2 à 3 officiels par année.

Durée du programme pour un candidat

  • Le cycle habituel sera sur une période d’un an.
    • Automne : Identification des candidats et élaboration du programme personnalisé
    • Hiver, printemps, été : déroulement du programme 
  • Pour la première année (2010),  
    • Information sur le programme et choix des candidats en janvier

Éligibilité et responsabilités de l’officiel appliquant

  • Le choix final des candidats relève de la Commission des officiels.
    • Les candidats
      • Peuvent faire eux-mêmes application au programme
        OU
      • Peuvent être invités par la Commission des officiels.
    • Officiel de niveau 1 
      • Doit avoir déjà jugé dans au moins 3 compétitions et au moins 15 épreuves de niveaux différents durant la dernière année.
      • Doit soumettre son application, son résumé de l’année précédente ainsi que son plan de carrière en tant qu’officiel (niveau ou compétence visés). 
      • Doit être ouvert à la discussion et au partage d’information.
      • Doit être disponible pour juger et pour les opportunités d’apprentissage (séminaires, « shadow »).
      • Doit s’engager à fournir une autoévaluation à son mentor (2 fois / année) et un rapport à la fin du programme.
    • Officiel de niveau 2 
      • Doit avoir déjà jugé dans au moins 3 compétitions et au moins 15 épreuves de niveaux différents durant la dernière année.
      • Doit soumette son application, son résumé de l’année précédente ainsi que son plan de carrière en tant qu’officiel (niveau ou compétence visés). 
      • Doit être ouvert à la discussion et au partage d’information. 
      • Doit être disponible pour juger et pour les opportunités d’apprentissage (séminaires, « shadow »).
      • Doit s’engager à fournir une autoévaluation à son mentor (2 fois / année) et un rapport à la fin du programme.

Aspects financiers

  • Ni les mentors ni les autres intervenants ne reçoivent de rémunération. Ils réalisent leurs activités de mentorat dans le cadre de leurs affectations habituelles.
  • Si des dépenses particulières doivent être engagées par le mentor, elles seront remboursées sur autorisation préalable de la présidence de la Commission des officiels et de la direction générale de Plongeon Québec, ainsi que sur présentation de pièces justificatives.

N. B. : des demandes d’aide financière spéciales peuvent être faites à la Commission des officiels pour des compétitions à l’extérieur du Québec qui font partie du plan d’action arrêté par le mentor et l’officiel.